Pyramides d’Amerique et d’Egypt

Les pyramides sont des monuments impressionnants qui témoignent de la grandeur et de la complexité des civilisations anciennes. Si les pyramides les plus célèbres...

Etrange présence

AccueilVie sauvageLes élans, les géants des forêts boréales

Les élans, les géants des forêts boréales

Les élans sont les plus grands cervidés du monde, capables de mesurer jusqu’à 2,30 mètres au garrot et de peser plus de 700 kilogrammes. Ils vivent dans les forêts à climat tempéré, dans les zones humides et marécageuses, de l’Asie à l’Amérique du Nord. Ce reportage vous propose de découvrir les secrets de ces animaux majestueux, qui ont su s’adapter à des conditions de vie difficiles et qui font l’objet de nombreuses légendes.

Un corps adapté à son environnement

Les élans ont un corps massif, recouvert d’un pelage brun foncé, qui leur permet de résister au froid et à la neige. Leur tête est allongée, avec un museau pointu et une poche de poils qui pend sous le cou, appelée cloche. Leurs oreilles sont grandes et mobiles, leur conférant une ouïe exceptionnelle. Leurs yeux sont petits et placés sur les côtés, leur offrant une vision panoramique. Leurs pattes sont longues et fines, terminées par quatre sabots palmés, qui leur permettent de se déplacer facilement dans la boue, la neige et l’eau. Les mâles portent sur la tête des bois impressionnants, qui peuvent atteindre 1,60 mètre de largeur et 20 kilogrammes. Ces bois servent à impressionner les femelles et à combattre les rivaux pendant la période de reproduction.

Une alimentation variée et abondante

Les élans sont des herbivores, qui se nourrissent principalement de feuilles, de branches, d’écorces, de plantes aquatiques et de champignons. Ils peuvent consommer jusqu’à 20 kilogrammes de végétaux par jour, en broutant pendant plusieurs heures. Ils sont capables de plonger la tête sous l’eau pour arracher les plantes immergées, et de rester en apnée pendant une minute. Ils ont une dentition adaptée à leur régime alimentaire, avec des incisives tranchantes pour couper les végétaux, et des molaires plates pour les broyer. Ils ont aussi un estomac à quatre compartiments, qui leur permet de digérer la cellulose.

Une reproduction rythmée par les saisons

Les élans se reproduisent à l’automne, entre septembre et octobre, lorsque les jours raccourcissent et que les températures baissent. Les mâles se mettent à la recherche des femelles, en émettant des brames puissants et en marquant leur territoire avec leur urine. Les femelles répondent par des mugissements, qui attirent les prétendants. Les mâles se battent alors entre eux, en se heurtant les bois, pour gagner le droit de s’accoupler. La femelle accepte le mâle le plus fort, et s’accouple avec lui pendant quelques jours. La gestation dure environ huit mois, et la femelle met bas un ou deux faons, parfois trois, au printemps. Les faons sont couverts de taches blanches, qui leur servent de camouflage. Ils sont capables de se lever quelques minutes après leur naissance, et de suivre leur mère. Ils sont sevrés au bout de six mois, mais restent avec leur mère jusqu’à l’âge de un an.

Une vie solitaire et discrète

Les élans sont des animaux solitaires, qui ne vivent en groupe que pendant la période de reproduction ou lorsqu’ils se rassemblent autour d’une source de nourriture. Ils sont plutôt actifs à l’aube et au crépuscule, et se reposent pendant la journée. Ils sont très discrets, et évitent le contact avec les humains. Ils n’ont pas de prédateurs naturels, à part le loup et l’ours, qui s’attaquent surtout aux jeunes ou aux individus affaiblis. Ils peuvent se défendre avec leurs bois, leurs sabots ou leurs dents. Ils sont capables de courir à plus de 50 kilomètres à l’heure, et de nager à plus de 10 kilomètres à l’heure. Ils peuvent parcourir de longues distances, en fonction de la disponibilité de la nourriture et du climat.

Une espèce menacée par l’homme

Les élans sont des animaux protégés, qui font l’objet de mesures de conservation et de réintroduction dans certains pays. Ils sont menacés par la destruction de leur habitat, due au défrichage des forêts, à la construction de routes ou de barrages, ou à la pollution des cours d’eau. Ils sont aussi victimes du braconnage, pour leur viande, leur peau ou leurs bois. Ils sont également sensibles aux maladies, aux parasites et aux accidents de la route. Le réchauffement climatique a également un impact sur leur comportement, en modifiant la durée et la fréquence de leurs migrations, ou en les rendant plus vulnérables aux insectes. Les élans sont des indicateurs de la santé des écosystèmes, et leur préservation est essentielle pour la biodiversité.

Elan