La Camargue, un territoire sauvage et authentique

La Camargue est une région qui fascine par sa diversité naturelle et son charme authentique. C’est l’une des plus grandes zones humides d’Europe, où cohabitent une faune et une flore exceptionnelles.

Les chouettes et la nuit

ARCHITECTURE

AccueilGEOGRAPHIELa théorie audacieuse d'un physicien américain à propos des trous noirs.

La théorie audacieuse d’un physicien américain à propos des trous noirs.

Lee Smolin est l’un des fondateurs de l’Institut Périmètre de physique théorique. Sa théorie imagine le cosmos comme un organisme unique dont nous faisons partie

Et si nous faisions tout de travers depuis longtemps, ou plutôt depuis toujours, parce que les secrets de l’univers résident davantage dans la biologie que dans la physique ? Et est-il possible de considérer le cosmos comme une entité vivante , un organisme unique dont nous faisons partie ? Dans ce cas, les galaxies, les trous noirs, les étoiles, les quasars, les nébuleuses, les planètes, les humains, les animaux et tout le reste représenteraient les tissus d’un énorme être vivant . Essayez de faire un effort d’imagination, peut-être parviendrez-vous à imaginer, et peut-être visualiser, ce géant (objectivement un peu inquiétant). Un “corps” qui naît (avec le Big Bang ) probablement d’une réalité antérieure, qui grandit (grâce à l’expansion ) et qui finit par mourir (quand l’entropie s’est équilibrée ).

Pour être honnête, ce ne sont pas des hypothèses très nouvelles : le philosophe grec Anaxagore croyait déjà à l’existence d’un esprit organisateur (le Nous) capable d’effacer le chaos originel. Et après lui, dans ce sillage, vinrent Platon, les stoïciens, Plotin et les adeptes du néoplatonisme. Ces derniers jours, le site Universo 7p a eu l’idée (et le mérite) de revenir sur le sujet en reproposant les thèses du physicien théoricien américain Lee Smolin , convaincu que l’Univers a déjà créé une famille d’enfants-univers , cachés au-delà. l’horizon des trous noirs.

Mais qui est Lee Smolin ? Né à New York en 1955, il est l’un des fondateurs du Perimeter Institute for Theoretical Physics et a apporté des contributions notables à la théorie quantique de la gravitation et à la gravité quantique à boucles. Comme le rappelle Wikipédia, une encyclopédie en ligne, «la cosmologie et la théorie des particules élémentaires comptent parmi ses intérêts prédominants, aux côtés de la mécanique quantique et de la biologie théorique». Abordant la thèse de l’Univers-corps, Smolin pose un postulat : « Les lois de la nature sont parfaitement adaptées pour que l’Univers puisse héberger la vie. Imaginez ce qui se passerait si ces règles changeaient ne serait-ce que légèrement : l’Univers ne serait plus aussi hospitalier. La raison pour laquelle l’Univers est si accueillant pour la biologie reste un mystère . »

De l’avis de beaucoup, cela prouve qu’il ne peut manquer d’avoir un créateur qui a conçu le cosmos et l’a construit de manière à ce qu’il soit adapté à la vie humaine. Smolin s’y oppose et préfère chercher des réponses dans la théorie de l’évolution. La biologie donc, pas la physique . Et même pas la religion. «La sélection naturelle explique comment les structures complexes de la vie se développent progressivement. L’Univers aurait-il pu avoir des ancêtres ? Peut-être oui . Au fur et à mesure de son évolution, il peut y avoir eu des variations aléatoires dans les lois et finalement une sélection de celles-ci, favorisant celles qui introduisaient les structures les plus complexes. La « sélection naturelle cosmologique » est la meilleure réponse que j’ai trouvée jusqu’à présent. »

Mais pour que cette théorie tienne, il faut présupposer un mécanisme par lequel l’Univers se reproduit et subit une mutation comme dans la transmission de l’ADN . Les trous noirs sont , selon le chercheur, l’endroit où cela se produit. En pratique, l’Univers est le germe d’un énorme arbre cosmique en croissance constante. « Dans le cosmos, cela fonctionne comme en biologie : il existe une population d’univers qui génèrent des descendants à travers des trous noirs », souligne-t-il, non sans rappeler avoir identifié une analogie particulière entre l’arbre généalogique cosmique et l’arbre biologique. «Pour qu’un trou noir se forme, il faut une très grande étoile. De plus, il faut d’énormes nuages de gaz et de poussière froide pour que ces substances se transforment en monoxyde de carbone. Il faut donc du carbone et de l’oxygène, les deux atomes essentiels à la formation de la vie. Ces deux éléments sont présents dans l’univers en quantités massives, donc l’explication pour laquelle le cosmos héberge la vie n’est rien d’autre qu’un effet secondaire de sa propre fertilité en termes de reproduction. »

Les lois de la physique servent donc à maintenir le cosmos « fertile » et cet organisme pleinement vivant pourrait également se manifester ailleurs, mais à des échelles de taille qui nous sont méconnaissables. Maintenant, vous vous demandez probablement quelle est la vision de Lee Smolin de l’Entité Supérieure . La réponse est imaginable. Et vous pouvez le trouver sur Wikipédia précité : « Il n’y a jamais eu de Dieu, il n’y a jamais eu de pilote qui ait fait le monde en imposant de l’ordre au chaos, puis en restant en dehors pour observer et prescrire. Et Nietzsche est mort. Aujourd’hui, il est également décédé. L’éternel retour, la chaleur éternelle, la mort ne représentent plus une menace : ils n’arriveront jamais, tout comme le royaume des cieux ne viendra jamais. Le monde sera toujours là, et il sera toujours différent, plus varié, plus intéressant, plus vivant, mais ce sera toujours le monde dans sa complexité et son incomplétude. Tout être réside dans les relations entre les choses réelles et sensibles. Tout ce que nous avons comme loi naturelle, c’est un monde créé par nous-mêmes. » Une thèse, pas une certitude . Chacun peut s’adapter selon ses propres convictions.